Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations K Kali Kapo Kary Kera Kine Kink Kiné Klep Koïl Kyst Kéra Kérat kinési
KOCH Robert
Biographie Médecin allemand, né à Clausthal le 11 décembre 1843, mort à Baden-Baden en 1910. Vers 1880, il découvre le bacille de la tuberculose qui porte son nom (Bacille de KOCH), après l'avoir cultivé et reproduit la maladie chez l'animal. C'est lui qui a mis au point la tuberculine. Il a également découvert le "bacille-virgule" responsable du choléra. En 1905, il obtient le prix Nobel de médecine. Inscrit à l’ Université de Göttingen où il suit ses études de médecine à partir de 1862, le jeune Robert Koch est nommé trois ans plus tard comme assistant au Musée pathologique de cette même ville, avant d’obtenir un poste de médecin adjoint à l’ Hôpital de Hambourg en 1866. Il mène de front consultations et recherche scientifique, activités qui le passionnent de plus en plus. Le laboratoire de fortune qu’il s’organise lui permet d’étudier les germes infectieux : ses travaux l'amènent à travailler sur le charbon des moutons, affection sur laquelle il publie un mémoire en 1877 qui sera très bien accueilli par ses confrères. Le caractère innovant de ses recherches lui permet d'être recruté par l'Institut d'Hygiène de Berlin, au sein duquel il pourra désormais bénéficier d'un laboratoire digne de ce nom. Infatigable, Robert Koch perfectionne la technique bactériologique naissante, met au point des milieux de cultures solides, les frottis sur lames de verre et innove par l’utilisation des premières colorations spécifiques. Par ses recherches sur l’infection des plaies et les désinfectants, il pose les bases de la chirurgie moderne qui seront développées par Lister. Le 24 mars 1882, lors d’une séance de la Société de Physiologie de Berlin, Koch annonce qu’il a identifié et cultivé l’agent de la tuberculose et mis en évidence ses modes de transmission. Bien que capitale, sa découverte est rejetée dans un premier temps puis fait rapidement le tour du monde. Désormais, on parlera de "BK" ou "Bacille de Koch" pour désigner l’agent transmetteur de la tuberculose. Il faudra attendre 1921 pour qu’ Albert Calmette et Camille Guérin mettent au point un vaccin contre la tuberculose, le fameux B.C.G. Auréolé de gloire à 39 ans, Koch ne s’endort pas sur ses lauriers. L’année suivante, envoyé à Alexandrie où règne le choléra, il en découvre l’agent microbien, le bacille virgule. Il est nommé professeur puis directeur du nouvel Institut des maladies infectieuses en 1885, mais ces charges ne ralentissent pas pour autant son amour des voyages. Tout à la fois expéditions ethnologiques et missions scientifiques, ses équipées lui permettent aussi d’étudier d’autres pathologies : les pestes bovine et équine, les piroplasmoses, le paludisme et principalement la maladie du sommeil pour lesquelles il fait avancer la recherche quand il ne trouve pas un vaccin. En 1905, en récompense d’une carrière vouée à la recherche médicale et de nombreuses découvertes, Robert Koch obtient le Prix Nobel de Médecine et Physiologie. Luttant sans cesse contre le conservatisme médical pour faire admettre ses découvertes, il participera activement au progrès médical tout au long de sa vie. Épuisé par des années de recherches, le médecin allemand décède d'une crise cardiaque en 1910. L’ Institut des maladies infectieuses de Berlin prendra alors le nom d’ Institut Robert Koch.

© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc