Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations N Naev Nano Narc Nasi Naso Natr Nerf Neuro Neut Neutr Noci Nod Noda Nodo Nodu Noo Nor Nora Norm Noré Noso Nucl Nuclé Nyct Nyst Nœud Nævi Nævo Nævu Nécr Nécro Néga Négat Néo Néph Néphr Névr
NT-proBNP
Cardiologie, médecine d'urgence, médecine biologique - Abrév. Brain natriuretic peptide. * Peptide natriurétique cérébral ; * peptide : du grec pepsis [peptide, peptidique], digestion ; composé naturel ou synthétique formé par l’union d’un nombre restreint d’acides aminés, unis par les liaisons peptidiques ; * natri : de natron, natrium, [natr(o)-, natri], ancien nom du sodium ; * urétique : du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine ; * cérébral : du fait de sa découverte dans le cerveau du porc (en 1998). Le BNP est un marqueur produit par les myocytes (cellules du muscle) des ventricules et notamment du ventricule gauche, lorsque le cœur subit une pression trop élevée et surtout dans l'insuffisance cardiaque. Ce peptide n'est pas spécifique d'une pathologie particulière, mais signale une souffrance cardiaque avant même qu'elle ne soit ressentie, d'où le grand intérêt de son dosage précoce, en particulier chez les sujets à risques. En réalité, les myocytes fabriquent un précurseur : le pré-proBNP, un peptide de 134 acides aminés (AA) qui se scinde très vite en proBNP (108 AA) et en un autre peptide de 26 AA appelé peptide signal. Le proBNP passe ensuite dans le sang et se scinde de nouveau en * un peptide actif de 32 AA : le BNP que l'on dose habituellement, * le NT-proBNP, forme inactive mais dont le dosage s'avère de plus en plus intéressant (NT signifie N terminal, c'est-à-dire qu'il y a un atome d'azote N à la fin de la molécule). Les valeurs dépendent des auteurs et des laboratoires, mais on peut schématiquement retenir les suivantes : la valeur normale est inférieure à 19 pg/mL de sang veineux (1 pg = 1 picogramme, soit 10-12 g ou 1 mille milliardième de gramme). Jusqu'à 80 à 100 pg/mL, pas de réelle insuffisance cardiaque : on parle de dyspnée (difficulté respiratoire) non cardiogénique (= qui n'est pas due à une pathologie cardiaque). De 100 à 400 pg/mL (on parle de seuil de positivité), des examens complémentaires sont indiqués, notamment échographie cardiaque, écho-Doppler, ECG, gaz du sang ... Au-delà de 400 à 500 (parfois plus de 950 !) l'insuffisance cardiaque est généralement avérée. Important : les valeurs normales du BNP sont normalement plus élevées chez les femmes, augmentent avec l'âge (25 à 39 pg/mL vers 60 ans, jusqu'à 60 voire davantage après 75 ans et plus) et dans certaines pathologies rénales, hépatiques (cirrhoses), hormonales (hyperthyroïdie).
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc